La FIFA anticipe l’AGE de la ZIFA, avertit que l’interdiction ne sera levée que lorsque Kamambo sera de retour aux commandes

HARARE – L’instance dirigeante du football mondial, la FIFA, a réaffirmé que l’interdiction du Zimbabwe ne sera levée que lorsque le président de la ZIFA, Felton Kamambo, et son exécutif seront rétablis dans leurs fonctions.

La Commission des sports et des loisirs (SRC), qui a suspendu l’exécutif de la ZIFA en novembre, entraînant l’interdiction du Zimbabwe de tout football international, a parrainé samedi une assemblée générale extraordinaire des conseillers de la ZIFA où elle espère installer un nouvel exécutif.

La FIFA, cependant, dit qu’elle ne reconnaîtra pas un tel exécutif.

« Comme discuté au cours des dernières semaines, il est important que dans le contexte de l’AGE susmentionnée, les membres et délégués de la ZIFA comprennent pleinement la décision du Conseil de la FIFA prise le 24 février 2022 », a déclaré la FIFA jeudi.

« En particulier, il leur sera rappelé les conditions cumulatives imposées par le Conseil de la FIFA pour que la suspension de la ZIFA soit levée, y compris » la confirmation à la FIFA que la ZIFA et sa direction dirigée par le président Felton Kamambo et le secrétaire général Joseph Mamutse sont de retour sous leur plein et contrôle inconditionnel ».

Le Zimbabwe a été inclus dans le tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2023 la semaine dernière, mais la Confédération africaine de football a donné à la SRC jusqu’au 15 mai pour lever la suspension de Kamambo et de son exécutif, faute de quoi le Zimbabwe sera exclu.

Les Warriors doivent affronter l’Afrique du Sud, le Maroc et le Libéria dans leur groupe, le premier tour de matches devant débuter fin mai.

Le SRC, présidé par le gendre du président Emmerson Mnangagwa, Gerald Mlotshwa, a énuméré une série d’accusations contre Kamambo et son exécutif, y compris des accusations de corruption, mais sans condamnation, la FIFA n’a pas été convaincue des motivations de la suspension.

Avez-vous apprécié ce reportage ?  Nous avons besoin de votre soutien

Laisser un commentaire