Pacific Drive: Le jeu qui divise les joueurs – Découvrez pourquoi!

Découverte de Pacific Drive, une expérience de jeu à la fois enrageante et captivante

Il est rare de trouver des jeux vidéo qui vous poussent à l’extrême, vous sanctionnent sévèrement pour la moindre erreur, provoquent votre colère au point de vous faire abandonner votre manette, mais qui, malgré tout, vous attirent à nouveau vers eux. C’est le cas de Pacific Drive, développé par Ironwood Studios. Ce simulateur de survie en voiture, au caractère à la fois angoissant et exaspérant, m’a emmené, comme rarement auparavant, au bord de l’exaspération. Entre des éléments de gameplay clairement intentionnels et d’autres probablement accidentels, ce jeu parvient malgré tout à me garder accroché contre toute attente.

Le périple de Pacific Drive débute de manière assez pacifique, mettant en scène le joueur comme un conducteur muet traversant une autoroute déserte, entouré d’une nature luxuriante, sous une pluie fine. Cet aspect méditatif est rapidement interrompu lorsque le joueur est aspiré à travers un portail vers une zone rurale américaine isolée, résultat de désastreuses expériences énergétiques. Séparé de votre voiture et coincé dans une zone dangereuse, vous trouvez un vieux break que vous parvenez à réparer à l’aide d’amis mystérieux communiquant par radio, et ainsi commence une aventure de survie aux éléments de roguelike.

Le gameplay de base de Pacific Drive est relativement simple. Dès votre arrivée au garage, qui sert de base, le but est d’équiper votre voiture du nécessaire pour survivre, des pneus aux phares, afin de naviguer dans « La Zone » la nuit. Une liste préparatoire guide le joueur dans ses premiers pas, offrant une introduction aux nombreuses mécaniques et menus. Les trajets, au cœur du jeu, imposent de voyager entre différentes zones générées aléatoirement, ponctuées d’anomalies dangereuses et de conditions variées, dans le but de survivre et de retourner au garage pour améliorer votre véhicule pour la prochaine exploration.

Cependant, l’expérience est loin d’être simple. Les anomalies, comme les nuages chargés d’éclairs ou les tours pylônes, représentent des menaces constantes qui peuvent rapidement transformer une expédition en cauchemar. Le jeu enseigne rapidement que l’échec fait partie intégrante de l’apprentissage, chaque erreur étant impitoyablement sanctionnée, de la gestion de la batterie à la préparation du véhicule. Malgré ces défis, la satisfaction de surmonter ces obstacles et de progresser reste indéniable.

Pacific Drive demande beaucoup au joueur en termes d’attention et de préparation, mais récompense ces efforts par une expérience profonde et engageante. Les voitures, bien qu’elles puissent être source de frustration, deviennent de véritables partenaires de survie, à améliorer et personnaliser au fil des parties. Cependant, le jeu n’est pas exempt de défauts, notamment des menus complexes et une progression parfois laborieuse, qui peuvent entacher l’expérience.

En conclusion, Pacific Drive n’est certainement pas un jeu pour tout le monde, avec ses mécaniques punitives et ses défis répétitifs. Mais pour ceux prêts à affronter ces difficultés, il offre une aventure unique, pleine de style. Avec une esthétique soignée, une excellente bande-son, et une vraie sensation de tension, il est assuré de marquer l’année 2024 comme l’un des titres les plus excitants du moment.

8/10 : Excellent

Avantages : Une esthétique intrigante, une bande-son captivante, une réelle sensation d’angoisse, une conduite naturelle et tactile.

Inconvénients : Des menus compliqués, une progression lente, et par moments, un sentiment d’injustice.

Pour les fans de : Outer Wilds, No Man’s Sky, Firewatch.