Targamas : « Je ne pense pas que les voies du bas soient très fortes dans l’UE en ce moment. »

Raphaël « Targamas » Crabbé a été l’un des ajouts les plus excitants au LEC. À son retour dans la ligue après des années de travail et d’études en même temps, Targamas a été un facteur important dans le succès actuel de G2 Esports et a montré l’un des pools de champions les plus profonds au monde.

Inven Global a eu la chance de parler avec Targamas, de discuter de son retour dans la meilleure compétition européenne, de la façon dont il est capable d’apprendre tant de champions et de ses opinions sur Lost Ark et de jouer à des jeux en dehors de League.


Vous avez une histoire si unique en tant que joueur maintenant que vous êtes de retour dans la meilleure ligue européenne. Avoir joué dans les LCS de l’UE il y a tant d’années, avoir obtenu votre diplôme maintenant et enfin revenir, qu’en pensez-vous ?

À l’époque, j’étais vraiment très jeune pour LCS. Je veux dire, certaines personnes ont commencé à 17 ans, mais j’étais très jeune, je ne pense pas que j’étais dans un très bon environnement. Alors peut-être que c’était trop tôt, parce que j’avais beaucoup de choses à apprendre. Et je ne pense pas que j’avais les meilleures personnes autour de moi pour m’aider. C’était vraiment difficile entre ces années. J’ai fait des allers-retours avec les études, puis je suis retourné à League, et j’ai étudié à nouveau, sans vraiment savoir ce que je voulais faire. Mais oui, j’ai juste eu des expériences positives dans l’esport, comme l’année et demie dernière. Donc ça fait du bien d’être de retour en ce moment. Réessayer, jouer dans de bons environnements avec de bons amis. C’est vraiment bien d’être de retour.

Certains aspects pour lesquels vous étiez connu chez Kcorp étaient vos capacités en tant que rédacteur et tireur. En entrant dans G2 avec de grands noms comme Caps et Jankos, comment avez-vous adapté votre contribution à l’équipe de cette manière ?

C’est sûr que c’est différent. Je pense que j’étais plus en contrôle dans Kcorp. Je pense que l’équipe comptait sur moi pour faire plus de choses. Et je travaillais plus étroitement avec l’équipe d’entraîneurs de Kcorp, car c’était aussi leur première année dans l’esport. Alors oui, je parlais beaucoup avec eux et nous y travaillions ensemble. Je pense qu’en ce moment je joue avec, bien sûr, des joueurs et des entraîneurs plus expérimentés que moi. C’est donc une relation différente, je dirais. Mais, ils me font toujours confiance pour beaucoup de choses. Bien sûr, je dois gagner la confiance, donc ça ne vient pas naturellement. J’essaie juste de donner mon avis sur ce que nous faisons. Je pense que je ne fais rien de spécial comme je l’étais dans Kcorp.

Qu’est-ce que ça fait de travailler avec Dylan Falco en tant qu’entraîneur ?

Je pense qu’il est vraiment bon, parce que sa façon de préparer les choses est toujours très professionnelle et son éthique de travail est bonne. Il sait donc comment faire fonctionner une équipe. Il est toujours l’un des entraîneurs les plus expérimentés de l’Ouest, n’est-ce pas ? Il est l’un des rares entraîneurs à avoir atteint la finale du Mondial. Il connaît juste la recette d’une équipe gagnante.

La semaine dernière, Jankos a dit que parfois vous pouviez être têtus tous les deux ? Comment avez-vous essayé de surmonter ces défis ?

Je pense que nous essayons juste de trouver un terrain d’entente. Peut-être qu’au début nous étions un peu plus têtus. Je pense que la façon dont Dylan travaille est qu’il aime vraiment gagner, n’est-ce pas ? [chuckles] Il aime gagner les scrims et être aussi prêt que possible sur un certain style ou composition lorsque nous allons à un match de scène. Peut-être qu’on a fini par être… on apprend de ça. Parce qu’intervenir, ce n’était peut-être pas la meilleure recette. Je pense donc qu’en ce moment, nous devrons simplement trouver un terrain d’entente, tout en essayant de gagner autant de scrims que possible, mais aussi en essayant beaucoup de choses.

Je pense que nous avons beaucoup de joueurs dans l’équipe qui veulent essayer de nouveaux choix. Nous arrivons à le faire tant qu’il y a des pensées derrière cela.

Vous avez montré un pool de champions assez incroyable. Comment parvenez-vous à le faire par rapport aux autres joueurs de soutien ?

Je ne pense pas que ce soit très étrange. Je pense que pour le support, il est en fait assez facile de jouer contre différents champions, car vous n’avez pas besoin d’apprendre beaucoup sur le laning. Ce n’est pas la même chose avec les affrontements sur la voie du haut ou sur la voie médiane. Si vous changez de champion, la voie change complètement, car c’est du 1 contre 1, et tout tourne autour de votre champion et du champion ennemi. En ce qui concerne les supports, dans de nombreux affrontements, c’est en fait très dépendant de l’AD en ce moment. Si vous jouez à Jinx, par exemple, vous gagnerez beaucoup de matchs, quel que soit le support auquel vous jouez. Vous pouvez jouer cinq ou six supports différents et ils vous permettront toujours de jouer la voie exactement de la même manière.

Donc je pense que pour le support, il n’y a pas vraiment cette dynamique de matchup. Peut-être que pour le support à distance, c’est un peu différent, car ils sont plus différents que les supports de mêlée. Mais les supports de mêlée sont tous très similaires dans leur façon de jouer en voie. Tous les joueurs professionnels, nous jouons à une tonne de jeux et j’ai des centaines de jeux sur presque tous les supports. Donc je sais juste comment les jouer. Je ne pense pas que ce soit quelque chose de spécial.

Je pense aussi que mon équipe me permet d’essayer plus de choses à choisir plus tard dans le repêchage également. Quand on me donne, par exemple, le dernier choix du côté rouge, alors j’aurai plus de choix pour voir le brouillon et voir avec quel choix peut avoir le plus d’impact sur le jeu. Alors je réfléchis beaucoup à ça. Parfois, je vois beaucoup d’équipes dans le monde choisir Thresh, Leona, etc. dans les trois premiers – elles ne donnent pas vraiment beaucoup d’agence au support pour jouer beaucoup de choses. Parce qu’ils veulent en quelque sorte garder les choix ultérieurs pour les voies solo. Je ne sais pas, dans mon équipe, c’est juste différent, ils me font juste confiance pour avoir toujours un bon choix pour le match.

Quelle est votre opinion sur les duos de la voie du bas de l’UE ? Donnez-moi une idée des progrès que vous pensez avoir réalisés avec Flakked, de ce que c’est que de jouer avec lui et où pensez-vous de manière réaliste que vous vous situerez d’ici la fin du split ?

Je ne pense pas que les voies du bas soient très fortes dans l’UE en ce moment. Je pense qu’avec le départ de Hans sama vers NA, il était en quelque sorte le meilleur porteur AD en laning, je dirais. Upset et Hylissang sont également très bons. Cette saison, ils ont très bien joué, mais ils n’ont pas été comme écraser tout le monde dans la voie. Je pense aussi que cela dépend beaucoup des matchs en ce moment.

C’est un peu des poignées de main sur le bot, où les deux équipes jouent juste Jinx-Aphelios, parfois une équipe va juste avoir un avantage sur le match, et ils vont être autorisés à pousser. Mais il est difficile de vraiment créer un lead 2v2 si vous jouez ce genre de confrontations. Alors, cela revient plus à la jungle et aux médiums et s’ils arrivent à plonger bot.

Avec Flakked, je pense que nous avons plutôt bien joué depuis le début, je dirais. Nous nous débrouillons bien dans les scrims contre n’importe quelle voie du bas. Même lorsque nous jouions contre les équipes du Mondial, nous nous débrouillions toujours très bien contre les bot lanes du Mondial. Je pense que ce qui est différent des autres voies du bas, c’est notre capacité à jouer différents côtés. Je pense que nous pouvons apporter beaucoup à l’équipe. Nous avons commencé la saison en jouant beaucoup de champions du côté faible – des matchs avec comme Seraphine et moi qui parcouraient la carte. Mais en ce moment, nous sommes également rattrapés par le style hypercarry que nous pratiquons beaucoup dans les scrims.

Je ne me soucie pas vraiment du classement des bot lanes, car ce n’est pas vraiment mon objectif d’être la bot lane la plus dominante en 2v2. Je ne pense pas que ce soit important, surtout en ce moment. Je me soucie juste que nous fassions ce dont notre équipe a besoin. Si notre équipe a besoin que nous soyons la meilleure voie du bot du côté faible, alors nous devrions être la meilleure voie du bot du côté faible. Et si notre équipe a besoin que nous disputions une bonne partie d’Aphelios-Thresh, alors je veux que nous fassions une bonne partie d’Aphelios-Thresh. Alors peut-être que nous ne serons pas aussi dominants que Upset et Hylissang, par exemple, en Europe. Je pense que l’objectif est de très bien jouer contre ces voies du bas, d’être aussi fort que possible et d’aider l’équipe autant que possible à gagner les matchs.

Quelles ont été vos impressions sur Lost Ark ? Jankos a dit que vous y jouiez sans arrêt. Pourquoi l’aimes-tu tant ?

[laughs] J’adore les MMO. J’adore moudre, préparer mon personnage et avoir beaucoup de choses pour gagner le match. Je suis un grand fan des MMO, parce que quand je joue à des jeux en solo, je m’ennuie vite, parce que le grind n’est pas vraiment là, et puis je ne peux pas jouer avec d’autres personnes et je ne peux pas jouer contre d’autres personnes. J’aime toujours WoW, j’aime aussi les autres MMO, et ça fait du bien d’avoir un nouveau MMO qui sort, parce que ça n’arrive pas très souvent.

www.invenglobal.com

Laisser un commentaire